Esoterikos - Dernières paroles d’Anton Long [1] | Rat Holes

Le Livre Noir de Satan [4]

*** 

Le Livre Noir de Satan

Première partie : Rites et Pratiques Sataniques

***

Lire la première partie de cet article.

***

VII – Le Rite d’Union

***

Ce rite est celui du mariage satanique traditionnel.

Les Participants :

– Le Maître — vêtu d’un tabard pourpre

– La Maîtresse — vêtu d’un tabard vert émeraude

– La Prêtresse et le Prêtre — vêtus de tabards noirs

– La congrégation — les membres sont vêtus de tabards noirs

– Ceux qui vont prononcer leur engagement sont vêtus de tabards cramoisis.

Le Cadre :

Dans le Temple ou à l’extérieur, dans un cercle formé de neuf pierres.

La Préparation du Temple :

L’autel est recouvert d’une nappe noire ornée du sceau de l’Arbre de Wyrd représentant les sentiers. Sont disposés sur l’autel : des bougies pourpres, des calices emplis d’hydromel, un bol en argent contenant un liquide inflammable, un petit bout de parchemin, un couteau aiguisé, deux anneaux en argent (procurés par ceux qui désirent s’unir), de l’encens de frêne.

La Cérémonie :

Tout le monde se rassemble dans le Temple. Le Maître et la Maîtresse se tiennent devant l’autel, le Prêtre et la Prêtresse à leurs côtés. Lorsque tous sont prêts, le Maître sonne la cloche du Temple par neuf fois pour signifier au Gardien de conduire ceux qui désirent s’engager dans le Temple ; ils se tiendront en face de l’autel. Le Maître et la Maîtresse les accueillent d’un baiser en disant :

« Nous, Maître et Maîtresse du Temple, nous vous saluons. »

La Prêtresse et le Prêtre chantent « Agios o Satanas ! Agios o Satanas ! », chant qui est répété par la congrégation. Le Maître dit ensuite :

« Nous sommes rassemblés ici pour unir par un serment, au moyen de notre magie sénestre, cet homme et cette femme. Ensemble, ils deviendront des sanctuaires intérieurs pour nos Dieux ! »

La Maîtresse se tourne vers la congrégation et dit :

« Gloire à ceux qui viennent au nom de nos dieux ! Nous proclamons les noms interdits ! Agios o Baphomet ! »

La congrégation :

« Agios o Baphomet ! »

La Maîtresse :

« Agios o Atazoth ! »

La congrégation :

« Agios o Atazoth ! »

La Maîtresse :

« Agios o Satanas ! »

La congrégation :

« Agios o Satanas ! »

Le Maître se tourne vers les fiancés, et dit :

« Acceptes-tu, toi qui es connu dans ce monde comme NN (il cite le nom du prophète [1]), comme prophétesse cette femme NN (il cite le nom d’initiée de la femme), connue dans ce monde comme NN (il cite le nom de la femme) suivant les préceptes de notre Temple et pour la gloire de notre Seigneur Satan ? »

Le Prophète :

« Je l’accepte »

Le Maître :

« Acceptes-tu, toi qui es connue dans ce monde comme NN (il cite le nom de la Prophétesse) comme Prophète cet homme NN (il cite le nom d’initié de l’homme), suivant les préceptes de notre Temple et pour la gloire de notre Seigneur Satan ? »

La Prophétesse :

« Je l’accepte »

Le Maître :

« Échangez alors, comme symbole de votre engagement, ces anneaux. »

La Maîtresse prend les anneaux en argent posés sur l’autel, l’homme met l’anneau au doigt de la femme, et la femme au doigt de l’homme — l’anneau doit être porté à la main gauche.

La Maîtresse se tourne vers la congrégation :

« Par ce serment et par notre magie, ils sont à présent unis. »

Le Maître lève les bras et dit :

« Regardez-les ! Entendez-les ! Faites savoir parmi les nôtres et ceux de notre espèce, que toute personne, présente ici ou n’importe où ailleurs, qui chercherait à séparer ces êtres contre leur volonté sera maudite, rejetée de notre famille et par notre magie, condamnée à mourir d’une façon misérable ! Entendez mes mots et écoutez-les bien ! Entendez-moi, vous tous réunis dans mon Temple ! Entendez-moi, vous tous liés par la magie à notre Seigneur le Prince des Ténèbres ! Entendez-moi, Dieux Sombres présents ici comme témoins de ce rite ! »

La Maîtresse prend le couteau et le morceau de parchemin. L’homme et sa femme lèvent leur pouce gauche. Elle les entaille rapidement et les presse, afin que quelques gouttes de sang tombent sur le parchemin, puis elle rassemble les deux pouces. Elle dépose ensuite le pouce de l’homme sur le front de sa femme, et le pouce de la femme sur le front de son homme, les marquant tous deux par le sang.

Le parchemin est jeté dans le bol et la Prêtresse l’enflamme.

La déclaration suivante sera d’abord lue par la femme, puis par l’homme. Ce texte est généralement imprimé sur un petit carton conservé sur l’autel et confié à la femme par le Prêtre, après que le parchemin se soit enflammé :

« Esse filo captum palchritudinis suae, et nil amplius desiderare, quam ejus amplexu frui : et omen concubitum ; ex commixtione hominis cum Diabolo et Baphomet aliquoties nascuntur homnis, et tali modo nasciturum esse Anti-Nazarenus »  [2].

Une fois que l’homme a terminé, le Prêtre reprend le carton et le replace sur l’autel pendant que la Maîtresse s’approche pour embrasser d’abord la femme, puis l’homme. Le Maître fait de même, puis dit :

« Je les déclare unis ! »

La congrégation félicite alors le mari et la femme. Le Prêtre et la Prêtresse distribuent les calices qui seront vidés par les participants. Un festin se déroule généralement après la célébration.

Note :

Chacun des membres du couple pourra décider de mettre un terme à cette union, à n’importe quel moment, en plaçant son anneau sur l’autel et en informant le Maître/la Maîtresse qui annoncera la nouvelle lors de la réunion suivante du Temple.

***

VIII – Le Rite d’Initiation

***

Introduction :

Le candidat est généralement parrainé par un autre initié et ce parrain doit accompagner le candidat durant le test de fidélité que le Maître ou la Maîtresse du Temple auront choisi. Le candidat subira également un test de connaissance (en lien avec ce que le candidat aura appris des enseignements du Temple pendant la période probatoire de six mois) et il subira enfin un test de courage.

Le texte ci-dessous a été rédigé pour un candidat masculin ; pour une femme, le texte et les rôles doivent être adaptés.

Les Participants :

– Le Maître du Temple — vêtu d’un tabard écarlate

– La Maîtresse de la Terre — vêtue d’un tabard écarlate ; elle doit être sexuellement attirante.

– Prêtresse – nue sur l’autel (si le candidat est un homme)

– Prêtre – nu sur l’autel (si le candidat est une femme)

– Gardien du Temple – vêtu de noir et portant un masque

– Congrégation – les membres sont vêtus de tabards noirs

La Préparation du Temple :

Le candidat doit apporter un tabard noir neuf, confectionné suivant les directives du Temple. Il sera confié au Maître avant le début du rituel et posé sur l’autel. Le candidat se présentera pour le rituel vêtu de guenilles brunes pouvant être facilement retirées.

La cérémonie commence au coucher du soleil. Une petite fiole d’huile de civette est placée sur l’autel. Des bougies noires seront utilisées, ainsi que de l’encens lunaire (du pétrichor si possible, ou du noisetier). Des éléments symboliques liés à la Lune doivent être présents, c’est-à-dire un cristal de quartz. Des calices en argent emplis d’un vin fort.

La congrégation se réunit dans le Temple avec le Maître et la Maîtresse. Le Gardien se tient près de l’entrée du Temple. Le candidat aura les yeux bandés et sera conduit au Temple par son parrain.

Le Rite :

Le Maître salue le candidat en disant :

« Toi, sans nom, qui est venu jusqu’ici pour recevoir l’initiation donnée à tous ceux qui désirent l’excellence de nos Dieux Sénestres ! »

Le Maître embrasse la Maîtresse, qui embrasse le Prêtre (ou la Prêtresse)/autel. Le Maître dit :

« Toi, sans nom, venu jusqu’ici pour t’offrir à nous et à ta quête : pour sceller d’un serment sénestre les croyances et les pratiques que tu as embrassées depuis que tu as été accepté dans ce Temple de Satan. »

Le Maître se tourne face à la Congrégation, trace de la main gauche le signe du pentagramme inversé sur les membres et dit :

« Je vous salue tous au nom de notre Prince. Que ses légions se réunissent pour être témoins de ceci, de notre rite satanique ! Veni omnipotens aeterne Diabolus ! »

La congrégation répète le Veni, puis la Maîtresse se tourne vers eux et dit : « Dansez, je vous l’ordonne ! Et avec les coups de vos talons, levez les légions de notre Seigneur et les Dieux Sombres qui veillent sur nos jeux ! »

La congrégation danse dans le sens contra-horaire, en chantant le Diabolus. Pendant ce temps, le Maître prend un calice et le lève. Il dit :

« Toi, sans nom, venu pour briser les chaînes qui entravent ! »

La Maîtresse retire les guenilles du candidat le laissant nu. Le Maître va vers lui, approche le calice de ses lèvres et dit : « Bois ! » Le candidat boit le vin. La congrégation poursuit sa danse et son chant jusqu’à ce que la Maîtresse lève les bras en guise de signal pour qu’ils s’arrêtent. Elle leur dit :

« Approchez, mes enfants, et sentez la chair de notre présent ! »

La congrégation se rassemble autour du candidat et les membres font courir leurs mains sur tout son corps. Tandis qu’ils font cela en riant, le Maître chante le Veni plusieurs fois. La Maîtresse claque deux fois des mains et la congrégation s’éloigne. Elle embrasse le candidat (qu’il soit un homme ou une femme) et dit :

« Nous les nobles, nous nous réjouissons que tu sois venu nous féconder de ton sang et de tes offrandes. Nous, l’engeance du Chaos, t’accueillons, toi qui n’as pour l’instant aucun nom. Tu es l’énigme et je suis la réponse qui ouvre ta quête. Nous, les maudits, nous accueillons celui qui a fait preuve d’audace. Au commencement était le sacrifice, mais à présent nous possédons des mots pour te lier à nous à jamais. À ton commencement — nous étions. Dans ta quête — nous sommes. Avant toi — nous existions. Après toi — nous serons encore. Avant nous — ceux qui n’ont jamais été nommés. Après nous, Ils demeureront, patientant. Et toi, par ce rite, tu seras des nôtres, et donc des leurs, de ceux qui n’ont jamais été nommés. Nous, les justes qui nous drapons de noir, par Eux nous possédons ce rocher que nous appelons la Terre. »

Le Maître se tient devant le candidat et dit :

« Acceptes-tu la loi que nous avons décrétée ? »

Le candidat :

« Je l’accepte. »

Le Maître :

« Acceptes-tu de te lier par la parole, par les actes et par la pensée à nous, l’engeance de Satan, sans peur ni réserve ? »

Le candidat :

« Je l’accepte »

Le Maître :

« Acceptes-tu, en présence de cette congrégation, que je sois ton Maître et que celle qui se tient devant toi, comme je me tiens devant toi, soit ta Maîtresse ? »

Le candidat :

« Je l’accepte »

Le Maître :

« Alors, comprends que rompre ta parole déclenchera notre colère ! Regardez-le ! Entendez-le ! Connaissez-le ! »

Le Maître montre le candidat, la congrégation l’encercle et le touche de nouveau. Après quoi, la Maîtresse lui retire son bandeau. Le Maître dit au candidat :

« Renonces-tu au Nazaréen Yeshua le grand imposteur et à tous ses travaux ? »

Le candidat :

« Je renonce à Yeshua le grand imposteur et à tous ses travaux. »

Le Maître :

« Reconnais-tu Satan ? »

Le candidat :

« Je reconnais Satan. »

Le Maître :

« Satan, dont la parole est Chaos ? »

Le candidat :

« Satan, dont la parole est Chaos. »

Le Maître :

« Alors brise ce symbole que nous méprisons. »

La Maîtresse donne au candidat une croix de bois souillée ; ce dernier la brise et la jette au sol.

Le Maître :

« Maintenant, reçois comme symbole de ton désir neuf et comme une marque de ton serment ce sceau de Satan. Ce sceau manifeste le Pouvoir que moi, en tant que Maître, je possède et qui sera toujours une part de toi — un signe pour ceux qui sont capables de voir et qui est la Marque de notre Prince. »

La Maîtresse donne la fiole d’huile au Maître qui trace un pentagramme inversé sur le front du candidat, en vibrant le nom que le candidat a choisi. La Maîtresse se place ensuite derrière lui et trace de son index gauche le sceau du Temple dans le dos du candidat, en chantant « Agios o Satanas ». S’il n’y a pas de sceau du Temple, elle tracera un pentagramme inversé. Si le candidat est un homme, elle embrasse son front, ses lèvres, sa poitrine, puis son sexe. Si le candidat est une femme, elle embrasse son front, chacun de ses seins, puis son pubis. Après quoi elle claque une fois des mains pour commander au Gardien de s’approcher. En faisant cela, elle dit :

« Tu dois maintenant comprendre la sagesse de notre voie ! »

Le Gardien se saisit du candidat, lui bloque les bras et le force à s’agenouiller devant la Maîtresse, qui rit et dit :

« Regardez, vous autres réunis dans mon Temple : Le voici, celui qui croyait connaître notre secret — celui qui se félicitait secrètement d’être si malin ! Regardez comme notre force le dépasse ! »

La congrégation rit et le Maître bande de nouveau les yeux du candidat. Le Gardien lui lie les bras à l’aide d’une corde. La Maîtresse chuchote alors au candidat :

« Allonge-toi, ne fais aucun bruit et ne bouge pas ! »

La congrégation et le Gardien quittent le Temple.

Le Maître a une relation sexuelle avec la Prêtresse sur l’autel (ou la Maîtresse avec le Prêtre si le candidat est une femme). Dans les deux versions, cette tâche peut être confiée à un membre du Temple, choisi par le Maître ou par la Maîtresse avant le début du rituel. Le membre choisi reste alors dans le Temple, lors du départ de la congrégation.

Après l’acte, la Prêtresse (ou le Prêtre) est aidée pour descendre de l’autel, et le Maître et la Maîtresse (ainsi que la personne choisie pour accomplir cette tâche, si cela a été le cas) quittent le Temple. La Prêtresse (ou le Prêtre) s’approche du candidat et dit :

« Reçois de moi et par moi le présent de ton Initiation, comme cela fut, comme cela est, et comme cela sera encore. »

Elle retire alors le bandeau et les liens du candidat, puis entreprend d’avoir une relation sexuelle avec lui.

Après quoi, la Prêtresse (ou le Prêtre) prend le tabard sur l’autel pour en vêtir le candidat. Elle/il quitte un instant le Temple pour annoncer à la congrégation : « Cela a été fait selon nos désirs ! » Tout le monde retourne alors dans le Temple, et chacun salue le nouvel initié d’un baiser. Les calices sont alors distribués aux membres qui prennent ensuite tout le plaisir qu’ils désirent.

Notes :

Dans le Rituel d’Initiation, la Prêtresse est choisie pour le plaisir qu’elle retire du coït, le Gardien pour sa force physique ; si le candidat est une femme, le Prêtre/autel est choisi pour sa capacité à se contrôler durant le coït ; il doit pouvoir mener la Maîtresse à l’orgasme sans éjaculer et ainsi sauvegarder son élixir pour la candidate. C’est le devoir de la Maîtresse que de trouver parmi les membres du Temple les personnes adéquates pour remplir ces rôles, la Maîtresse peut aussi déléguer son propre rôle à une autre femme, choisie pour son expérience.

Les personnes choisies conserveront le rôle de Prêtre ou Prêtresse/autel durant une année et un jour.

Si possible, les candidats ne doivent connaître aucun détail du Rituel d’Initiation ; autrement dit, ils ne doivent pas savoir à quoi s’attendre. Pour cette raison, les membres du Temple doivent faire vœu de silence concernant ce rite, en promettant de ne révéler aucun détail aux personnes extérieures au Temple ni aux futurs candidats. Pour cette raison notamment, le Livre Noir ne doit jamais être montré aux non-initiés.

***

Notes :

[1] NdT : le terme anglais, d’origine écossaise, « spae », signifie « prédire ». « Spaeman » et « spaewife » peuvent être rendus par « voyant(e) », « prophète (esse) », « sorcier (re) ».

[2] NdT : Cette formule est composée d’extraits du traité De la démonialité et des animaux incubes et succubes de R. P. Ludovicus Maria Sinistrarius de Ameno. Une version française et une version anglaise de ce texte ont été publiées, respectivement en 1875 et 1879, par Isidore Liseux qui rapporta avoir trouvé le manuscrit (datant du 17e siècle) à Londres, en 1871.

« Esse filo captum pulchritudinis suæ, et nil amplius desiderare, quam ejus amplexu frui » se trouve dans la section 28 de l’ouvrage et signifie : « Je suis épris de ta beauté, et mon plus grand désir, c’est de jouir de tes embrassements ». La formule « et omen concubitum », qui ne se trouve pas dans l’ouvrage, pourrait être traduite par « Et la promesse d’une union sexuelle ». « Ex commixtione hominis, cum Dæmone aliquoties nascuntur homines et tali modo nasciturum esse Antichristum » se trouve au début de la section 30 et signifie : « De la copulation de l’homme, mâle ou femelle, avec le Démon, naissent quelquefois des hommes ; et c’est de la sorte que doit naître l’Antéchrist ». Dans le texte du rituel, « cum Dæmone » est remplacé par « cum Diabolo et Baphomet » et « Antichristum » par « Anti-Nazarenus » –  qui devrait d’ailleurs être à l’accusatif « Nazarenum ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *