Esoterikos - Dernières paroles d’Anton Long [1] | Rat Holes

Le Livre Noir de Satan [5]

*** 

Le Livre Noir de Satan

Première partie : Rites et Pratiques Sataniques

***

Lire la première partie de cet article.

***

IX – La Consécration du Temple

***

La Préparation du Temple :

De l’encens de Mars doit être brûlé durant plusieurs heures avant le début du rituel. Dans le Temple, doit se trouver tout le matériel nécessaire à une Messe Noire, ainsi qu’un calice contenant l’Élixir.

Pour confectionner l’Élixir, le Maître doit avoir une relation sexuelle dans le Temple (qui doit être déjà équipé d’un autel, etc.), la nuit précédant le rite ; au moment de l’orgasme, il doit déposer sa semence dans un calice vide ; la Prêtresse y ajoute sept gouttes de son sang, prises à son index gauche, après le rapport sexuel ; sont également ajoutées trois pincées de terre provenant d’une tombe et récoltées une nuit de pleine lune, séchées et finement moulues ; des copeaux de chêne, séchés et moulus, qui auront été récoltés durant la nuit, au moment où Saturne se lève ; ainsi que du vin fort pour remplir le calice. Le calice doit demeurer sur l’autel jusqu’au commencement du rituel.

Le Maître entre dans le Temple avant la congrégation et scelle les dimensions suivant le rite de scellement : ce rite requiert un cristal taillé en forme de tétraèdre. Ce cristal doit être aussi large que possible et fait de quartz. La personne conduisant le rite place ses mains sur le cristal (qui doit être posé sur l’autel) et visualise une déchirure dans un espace étoilé. Cette déchirure s’agrandit graduellement, répandant ses ténèbres dans le tétraèdre, enfermant celui-ci et ce qui l’entoure.

L’officiant doit ensuite vibrer sept fois :

« Binan Ath Ga Wath Am ».

Puis dire :

« Des sombres dimensions je les appelle ! ».

Il visualise les ténèbres pénétrant dans le cristal, puis s’incline devant. Le rite est alors terminé, l’officiant peut retirer ses mains et s’éloigner du cristal.

Les Participants :

– Le Maître du Temple — vêtu d’un tabard noir

– La Prêtresse — vêtue d’un tabard noir

– La Congrégation — les membres sont vêtus de tabards noirs

(Note : si le groupe est dirigé par une Maîtresse, elle assumera alors le rôle dévolu au Maître dans le rituel et sera assistée d’un Prêtre plutôt que d’une Prêtresse. La confection de l’Élixir sera la même, le sang sera celui de la Maîtresse et la semence, celle du Prêtre.)

La Consécration :

Le Maître se tient à l’entrée du Temple pour faire entrer la congrégation. Les membres entrent en chantant « Sanctus Satanas » (voir la section portant sur les chants), en tournant trois fois dans le sens contra-horaire autour de l’autel. Ils poursuivent leur chant jusqu’à ce que le Maître claque deux fois des mains. Celui-ci se tient derrière l’autel, faisant face à la congrégation, la Prêtresse à ses côtés. Il dit :

« Compagnons de Satan ! Nous sommes réunis aujourd’hui pour consacrer ce Temple à notre œuvre sénestre. Nous invoquons Satan, Prince des Ténèbres et Gardien de la Porte des Dieux Sombres, afin qu’il soit témoin de ce rite de consécration. Car ce lieu sera un Temple au sein duquel nous célébrerons les mystères et les joies de la vie — Nous boirons l’Élixir qui est noir pour l’aveugle. Conscients de notre passé sénestre qui a rendu cette œuvre possible, réaffirmons notre allégeance ».

Tous récitent les 21 Préceptes Sataniques. Le Maître place ensuite ses mains au-dessus du calice contenant l’Élixir et vibre « Agios o Satanas ». Il embrasse la Prêtresse, qui va ensuite embrasser chaque membre de la congrégation. Le Maître lève alors le calice et dit :

« Comme cela fut, comme cela est et comme cela sera encore, par le pouvoir de notre Prince, Satan, et les pouvoirs de Ceux qui n’ont jamais été nommés.

Des sombres dimensions, ils viendront pendant que notre sommeil, ce Temple étant devenu un portail vers leur monde ! »

Il repose le calice sur l’autel, pose ses mains sur le cristal et vibre « Nythra » trois fois. Après quoi, il prend le calice, répand un peu de son contenu en direction de la congrégation et de la Prêtresse, puis en verse sur l’autel. Il en verse également près de l’entrée du Temple, avant d’en répandre sur les murs et le sol, en se déplaçant dans le sens contra-horaire. Il verse enfin le reste sur le sol, autour de l’autel. Il repose ensuite le calice vide sur l’autel et dit à la congrégation :

« Ainsi s’ouvre un nouveau chapitre de notre histoire !

Que le rite de la Messe Noire commence ! »

Le Maître aide la personne choisie pour jouer le rôle de Prêtre/autel à retirer son tabard et à prendre place sur l’autel. La Messe Noire commence. Elle se déroule comme décrite dans le Livre Noir, à cette différence que la Prêtresse assume à la fois son propre rôle et celui de la Maîtresse ; par ailleurs, le Maître conclut comme suit (après que la Maîtresse ait dit : « Jouissons des dons de la vie ») :

« Par mon Pouvoir — le Pouvoir de Satan, Prince des Ténèbres —, je déclare ce Temple consacré ! »

L’orgie et le festin qui concluent classiquement la Messe Noire peuvent alors commencer.

***

X – Le Rite Funéraire

***

Le Cadre :

À l’extérieur, dans un lieu isolé. Un bûcher funéraire doit être préparé par le Gardien. Neuf pierres, disposées en ellipse, doivent entourer le bûcher. Des gobelets en bois, en nombre suffisant pour tous les participants, doivent être remplis d’hydromel et posés sur une table de bois (si possible en chêne), loin du bûcher.

Les Participants :

– Le Maître

– La Maîtresse

– Le Prêtre

– La Prêtresse

– La Congrégation

– Le Gardien

(Tous sont vêtus de tabards noirs)

Des gardiens supplémentaires peuvent être désignés pour garder l’accès au site et en assurer la tranquillité.

Le Rite :

Le corps du membre décédé est amené dans un cercueil de bois léger, porté par les membres du Temple jusqu’aux pierres et au bûcher. Il est recouvert d’un tissu cramoisi. Après que le cercueil ait été placé sur le bûcher, tous se placent autour, à l’extérieur de l’ellipse.

Le Maître ouvre le rite en disant :

« Agios o Satanas ! Nous sommes réunis ici pour rendre hommage à notre frère/sœur qui par sa vie et sa magie a agi glorieusement pour l’honneur de notre nom ! Agios o Satanas ! »

La Congrégation :

« Agios o Satanas ! »

Le Maître :

« Agios o Baphomet ! »

La Congrégation :

« Agios o Baphomet ! »

La Maîtresse et le Maître :

« Lamentons-nous en songeant aux actes glorieux qui demeurent inaccomplis ! »

La Congrégation :

« Lamentons-nous en songeant aux actes glorieux qui demeurent inaccomplis ! »

Le Prêtre et la Prêtresse distribuent les gobelets. Lorsque ceci est fait, le Maître lève la tête vers le bûcher et dit :

« Ad Satanas qui laetificat juventutem meam. »

La Maîtresse allume alors le bûcher. Tandis qu’il brûle, le Maître boit le contenu de son gobelet et le jette dans les flammes. La congrégation fait de même. La Maîtresse est la dernière à boire. Après avoir jeté, à son tour, son gobelet, elle dit :

« Puisse notre mémoire subsister pour hanter les espaces et les ténèbres ! Comme cela fut, comme cela est et comme cela sera encore ! »

La congrégation quitte alors les lieux. C’est le devoir du Gardien (et de ses assistants s’il en a) de rester et veiller sur le bûcher, afin de s’assurer que le cercueil et son contenu sont réduits en cendres. Les vestiges du bûcher seront laissés sur place, pour s’éparpiller d’eux-mêmes.

***

XI – La Cérémonie du Rappel

***

Introduction :

Il existe trois versions de cette cérémonie. Celle qui est décrite ici est la plus utilisée de nos jours, la ‘conclusion sacrificielle’ y est purement symbolique. Dans les temps anciens, le Prêtre – choisi un an avant la cérémonie, suivant la tradition – était sacrifié rituellement par la Maîtresse et par le Maître. Cette version a été publiée dans « Opfer » [Fenrir Vol. II n° 2]. Cette cérémonie sacrificielle se déroule une fois par cycle de dix-sept ans.

La Préparation du Temple :

La nuit précédant le rituel, la Prêtresse doit préparer les gâteaux consacrés faits de blé, d’eau de source, d’œufs, de miel et de graisse animale. La congrégation se réunit à l’extérieur du Temple. Le Maître et la Maîtresse attendent à l’intérieur. Le Gardien amène le Prêtre à la congrégation et la Prêtresse lui bande les yeux. Elle le conduit ensuite à chacun des membres qui l’embrasse.

Le Temple lui-même est éclairé de bougies rouges ; de l’encens de Jupiter s’y consume. Un tétraèdre de quartz se trouve posé sur un socle ou sur l’autel. Une fiole d’huile de musc doit également être prévue.

Les Participants :

– Le Maître — vêtu d’un tabard noir

– La Maîtresse — vêtue d’un tabard blanc

– La Prêtresse — vêtue d’un tabard rouge noué d’un tissu blanc

– Le Gardien du Temple — vêtu d’un tabard noir et portant un masque

– Le Prêtre (l’élu, l’offrande) — vêtu d’un tabard blanc

– La Congrégation — les membres portent des tabards rouges

La Cérémonie :

La Prêtresse et le Gardien conduisent le Prêtre dans le Temple. Ils sont suivis par la congrégation. La Maîtresse salue le Prêtre d’un baiser, tandis que le Maître vibre « Agios o Atazoth », les mains posées sur le tétraèdre.

La congrégation chante ensuite le Diabolus en marchant lentement, en cercle, dans le sens contra-horaire, autour du Prêtre. Ce chant est répété sept fois. Le Maître et la Maîtresse [ou deux membres choisis et entraînés pour être des chantres] chantent « Agios o Baphomet » en parallèle à la quarte ou à une octave et une quarte d’écart. S’il ne peut être chanté, « Agios o Baphomet » devra être vibré sept fois, suivant les principes de la vibration ésotérique [cependant la magie sera plus puissante en utilisant le chant]. Pendant ce temps, le Gardien porte le Prêtre sur l’autel et la Prêtresse lui retire son tabard.

Après le chant, la Maîtresse oint le corps du Prêtre avec l’huile, la congrégation marchant toujours en chantant le Diabolus. Après l’avoir oint entièrement, la Prêtresse éveille le ‘feu secret’ du Prêtre avec sa bouche, mais sans l’amener à l’orgasme. Lorsqu’elle est satisfaite, elle le dit au Gardien qui soulève le Prêtre de l’autel et le force à s’agenouiller devant la Prêtresse. Le Maître s’agenouille de la même façon devant la Maîtresse. La congrégation se place alors en cercle, cessant la marche et le chant.

La Prêtresse doit répéter mot pour mot et geste pour geste sur le prêtre, ce que dit et fait la Maîtresse sur le Maître.

La Maîtresse place ses mains sur la tête du Maître et le Maître dit :

« C’est la protection et le suc

De ton corps que je cherche. »

La Maîtresse dénude sa poitrine et le Maître boit. Le Gardien force le Prêtre à faire de même. Puis elle le repousse violemment :

« Tu as bu, par conséquent tu dois mourir ! »

Le Maître :

« Je dépose mes baisers à tes pieds et m’agenouille devant toi

Qui écrases tes ennemis et qui te baignes dans des bassins emplis de leur sang.

Je lève les yeux, afin de contempler la beauté de ton corps :

– Toi qui es la fille et un portail vers nos Dieux Sombres.

Ceux qui n’ont jamais été nommés. J’élève la voix pour me dresser

[il se lève]

Devant toi, ma sœur, et je t’offre mon corps

Pour que ma semence de sorcier puisse nourrir ta chair vierge. »

La Maîtresse :

« Embrasse-moi et je ferai de toi un aigle fondant sur sa proie.

Touche-moi et je ferai de toi une épée puissante

Qui tranche et macule la Terre de sang.

Goûte-moi et je ferai de toi une graine de maïs

Qui croît, tournée vers le soleil, et ne meurt jamais.

Laboure-moi et féconde-moi de ta semence

Et je ferai de toi un Portail qui s’ouvre vers nos Dieux ! »

La Maîtresse s’approche du Prêtre et lui chuchote :

« Prends-moi, car elle est moi et je suis tienne. »

Elle retire le bandeau du Prêtre et le pousse dans les bras de la Prêtresse. Elle a ensuite une relation sexuelle avec le Maître, tandis que la congrégation reprend sa marche lente et son chant. Après que le Maître ait atteint l’orgasme, elle dit :

« Ainsi tu as semé, et de tes graines viendront des dons

Si tu écoutes docilement les mots que je prononce. »

Le Gardien lui tend alors le tabard de la Prêtresse. Elle claque des mains deux fois et la congrégation, ainsi que le Prêtre et la Prêtresse entourent la Maîtresse, le Maître et le Gardien. Elle dit :

« Je vous connais, mes enfants, vous êtes sombres et cependant,

Aucun de vous n’est aussi sombre ni funeste que je le suis.

Je vous connais et je connais les pensées qui habitent vos cœurs,

Cependant, aucun de vous n’est aussi haineux ni aussi aimant que je le suis.

D’un regard, je peux vous foudroyer. »

Elle se dirige ensuite vers chaque membre de la congrégation qu’elle embrasse sur les lèvres à tour de rôle, puis leur ôte leur tabard. Elle désigne ensuite le Prêtre, le Gardien va le tenir pour l’immobiliser, tandis que la Maîtresse lui lie les bras avec le tabard de la Prêtresse. Elle lui bande les yeux et le Gardien l’allonge sur le sol, couvrant son corps prostré avec le tabard de la Maîtresse. Le Prêtre demeure ainsi sans faire aucun mouvement, tandis que la Maîtresse s’adresse à la congrégation :

« Qu’aucune culpabilité ne vous lie !

Qu’aucune pensée ne vous restreigne !

Régalez-vous et profitez

Des joies extatiques de cette vie,

Mais n’oubliez jamais :

Je suis le vent qui arrache vos âmes ! »

Le Gardien quitte le Temple pour aller chercher le vin et la nourriture préparés à l’avance. Les membres de la congrégation festoient et prennent leur plaisir suivant leur désir, toujours en laissant un cercle libre autour du Prêtre [ce cercle peut être dessiné sur le sol avant la cérémonie, le Prêtre y étant conduit par le Gardien au moment approprié]. Les festivités continuent jusqu’à ce que les bougies aient atteint une ligne tracée à l’avance sur la cire par le Maître, fixant une durée suffisante pour que chacun puisse jouir pleinement des plaisirs. La Maîtresse claque alors des mains sept fois et tous quittent le Temple [sauf la Maîtresse, la Prêtresse et le Maître]. La Prêtresse retire le bandeau du Prêtre, le délivre de ses liens, ôte le tabard et l’aide à se relever. Elle le conduit ensuite hors du Temple. Le Maître et la Maîtresse prennent alors leur propre plaisir, dirigeant les énergies de leur relation et de celles des autres membres vers un but spécifique ou une intention.

***

Notes :

1) Le Maître et la Maîtresse s’abstiendront de prendre part au festin, afin de diriger les énergies libérées par la cérémonie dans le cristal (en utilisant la visualisation). Cette énergie peut être conservée ou utilisée lors de la conclusion de la cérémonie. Elle peut également être dirigée dans le Prêtre. Si cette option est choisie, le Prêtre doit en être informé à l’avance et devra en observer les effets les jours suivants. Cette procédure est utilisée principalement pour les nouveaux initiés, afin d’épauler leur développement magique.

2) La cérémonie peut être réalisée régulièrement, le Maître choisissant le Prêtre juste avant que le rituel ne débute, ce dernier étant donc informé au dernier moment. Ce rituel peut également être effectué avec une Prêtresse comme ‘offrande’, les rôles sont alors inversés.

3) Suivant le choix du Maître et de la Maîtresse, la cérémonie peut être étendue, le Prêtre (ou la Prêtresse) pouvant être laissé à l’intérieur du Temple toute la nuit. Dans ce cas, la Cérémonie devra commencer au coucher du soleil et la conclusion aura par conséquent lieu au lever du soleil. Les énergies seront obligatoirement dirigées dans le Prêtre (ou la Prêtresse). La personne choisie pour cela peut être n’importe quel membre du Temple. Dans ce dernier cas de figure, le Maître, la Maîtresse et la Prêtresse quitteront le Temple avec la congrégation. Le Prêtre, quant à lui, devra rester immobile et silencieux jusqu’au retour du Maître, à l’aube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *