Notes sur Atazhot

(TAGHUT-AT, ATAZOT, ال طاغوت)

*

NDT : En français le terme utilisé est Tâghoût dont le pluriel est Tawaghit.

 Ce texte fut originellement édité dans la revue du Tempel ov Blood, False Prophet, Volume 1 Edition 4 (Angleton Imprints), puis diffusé grâce au site o9a.org.

*

Une ancienne déité arabe pré-islamique considérée comme un esprit suprême ou cosmique, qui génère ou crée des dieux et déesses mineurs tels qu’Allat/Ereskigal, Dagon ou Zaggania.

Généralement considéré comme hostile, Atazhot peut être le pendant arabe du Sumérien Apsu ou du Grec Kρόνος. Grammaticalement [Atazhot] signifie « aller au-delà des limites, un rebelle, un tyran, celui qui est oppressant, un intrus ou une intrusion, etc. »

Le Coran [e.g. 4:51, 4:60, 4:76] fait référence à Atazhot dans plusieurs versets en tant que redoutable puissance hostile associée avec Shaitan ; ironiquement les groupes Soufis hétérodoxes d’Égypte et d’Afrique du Nord associèrent plus tard Atazhot avec Allah. Dans les premières traductions du Coran, Atazhot tend à être erronément traduit par « Satan » ou « religion païenne », tandis qu’il est maintenant compris comme un nom propre. Le pluriel « Aawazhūt » est usité comme patronyme pour se référer aux déités arabes pré-islamiques telles que Allāt, Dagon et Zaggān[ia], qui sont toutes considérées comme les enfants de la déité. Ce terme fut ensuite alternativement appliqué à Shaitan et utilisé pour nommer toute force surnaturelle opposée à celle de l’Islam.

Atazhot peut être compris comme une expansion cosmique de Shaitan ; et inversement Shaitan peut être perçu comme la représentation terrestre d’Atazhot, tout comme Gilgamesh est une représentation terrestre de Shamash.

Le culte d’Atazhot, grandement similaire à celui de Ka’ba, était constitué d’adoration de pierres, de sacrifices de sang et de processions rituelles (Ibn Hichâm, Sirah, 54-5). En cela il doit avoir, à l’origine, au travers de mythologies divines variées et complémentaires, donné forme à différents rituels dont la fusion créa ceux du hajj et de la umrah, ce qui rendit ces derniers incompréhensibles à cause de leur caractère composite et fragmentaire.

Ainsi la majorité de ce qui est aujourd’hui identifié comme « Islam » n’est en réalité que des restes d’une pratique païenne antérieure, la vénération de l’esprit cosmique Atazhot qui, compris comme étant (a) un intrus, (b) un briseur de lois anarchique (c ) connecté avec Shaitan ou (d) l’origine de Shaitan, peut être sa source et son maître. Les rituels tels que les sacrifices de sang, les pèlerinages, la guerre sacrée, la circumambulation de la Kaaba, et la Kaaba elle-même, sont tous des vestiges de l’adoration d’Atazhot. De bien des façons, Atazhot avait une fonction similaire à celle de Shaitan, excepté que Shaitan était considéré comme un esprit lié à la terre, là où Atazhot était complètement étranger à la Terre et était identifié comme une force cosmique plutôt que terrestre.

Cela revient à dire que lorsque le Coran décrit Allah en opposition à Atazhot, il faut comprendre que Muhhamed a adapté l’idée d’un être suprême (Allah) d’Atazhot. Ainsi d’un côté Muhammad condamne Atazhot en tant que déité suprême païenne, mais il est aussi vraisemblable qu’Atazhot ait été considéré comme le 100e nom secret de Dieu contenu dans le Coran, mais cependant caché, appréhendés seulement par quelques mystiques ayant compris que l’apparente dualité n’était qu’illusion. La confusion dans le texte coranique doit être, comme dans d’autres cas, délibérée.

Les Versets d’Atazhot dans le Coran.

N’as-tu pas vu ceux-là, à qui une partie du Livre a été donnée, ajouter foi à la magie (gibt) / Atazhot ([ال طاغوت] et au Tâghoût, et dire en faveur de ceux qui ne croient pas : « Ceux-là sont mieux guidés [sur le chemin] que ceux qui ont cru ? » Coran. 4 : 51

N’as-tu pas vu ceux qui prétendent croire à ce qu’on a fait descendre vers toi [prophète] et à ce qu’on a fait descendre avant toi ? Ils veulent prendre pour juge le Tâghoût / Atazhot ((ال طاغوت), alors que c’est en lui qu’on leur a commandé de ne pas croire. Mais le Diable veut les égarer très loin, dans l’égarement. Coran. 4 : 60

Les croyants combattent dans le sentier d’Allah, et ceux qui ne croient pas combattent dans le sentier du Tâghoût / Atazhot ((ال طاغوت). Eh bien, combattez les alliés de Diable, car la ruse du Diable est certes faible. 4:71

Nulle contrainte en religion ! Car le bon chemin s’est distingué de l’égarement. Donc, quiconque mécroit au Rebelle/ Atazhot ((ال طاغوت) tandis qu’il croit en Allah, saisit l’anse la plus solide, qui ne peut se briser. Et Allah est Audient et Omniscient.

*

Notes on Atazhot, traduction française par Absentia, 2016.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *