Esoterikos - Dernières paroles d’Anton Long [1] | Rat Holes

Perspective angulaire [2]

Un bref historique de l’Ordre des Neuf Angles

***

Lire la première partie de cet article

***

[labyrinthe lexical] Suivant l’histoire mythique de l’ONA, après le départ de sa fondatrice pour l’Australie, Anton long / David Myatt aurait pris la direction de l’ordre et codifié ses enseignements.

L’élaboration d’un volumineux corpus de textes alla de pair avec la création d’un vocabulaire particulier à l’ordre. Ainsi que l’écrit le préfacier du Glossaire :

« L’Ordre des Neuf Angles possède un lexique propre, susceptible de dérouter le lecteur. La manipulation du vocabulaire et de la syntaxe est en effet l’un des traits saillants de la démarche de l’ONA depuis ses origines. Elle prend plusieurs formes : le recours à des tournures ou des formes nominales archaïques, à l’étymologie plus ou moins obscure (ex. : Rounwytha, Thernning, Kunnleik etc.) ; le « détournement » de certains concepts (ex. : Wyrd, dont l’acception diffère un peu de ce à quoi elle se réfère dans la tradition nordique) ; la reprise constante de concepts initialement développés par David Myatt (ex. : Pathei-Mathos, Anados etc.) ; la création de mots-valises nouveaux (ex. : Balobians) ; l’utilisation de mots étrangers qui renvoient implicitement à un environnement intellectuel particulier (ex. : Opfer, Übermensch etc.) ; la modification délibérée de la syntaxe de certains mots (ex. : « subserviance » au lieu de « subservience ») [1].

[Satanisme Traditionnel] Pour désigner son système, l’Ordre des Neuf Angles va choisir les expressions Tradition Sénestre [2] et Satanisme Traditionnel, par opposition au Satanisme Moderne, athée, rationaliste et politiquement correct de l’Église de Satan. L’un des traits saillants de cet ordre est en effet qu’il promeut un satanisme radical, à l’opposé d’autres organisations se réclamant du satanisme. Tandis que l’Église de Satan ou le Temple de Set préconisent le respect de la vie, humaine comme animale, et plus généralement celui de la loi, l’Ordre des Neuf Angles encense les activités criminelles et prône les sacrifices rituels : « Du fait de la pléthore de satanistes d’opérette qui pullulent de nos jours (tout particulièrement en Amérique), il est devenu nécessaire de se prononcer clairement quant à ce qu’il en est réellement du Sacrifice et du “comportement criminel” dans le Satanisme authentique […]. Dans le Satanisme authentique, le sacrifice est admis et considéré, en fait, comme nécessaire. Dans des temps plus anciens, cela concernait les animaux et les humains. Aujourd’hui toutefois, cela ne concerne plus que le sacrifice humain, en raison de l’abondance des spécimens adéquats liée à l’augmentation du nombre des rebuts.

Le sacrifice est admis en tant que pratique satanique pour plusieurs raisons. Tout d’abord, il permet de tester la personnalité satanique d’un individu : tuer soi-même quelqu’un (de ses propres mains par exemple) est une expérience qui forme le caractère et permet de développer certaines qualités (comme l’ingéniosité dans l’exécution et la planification). En second lieu, cela produit des bienfaits magiques. Troisièmement, cela permet de distinguer les satanistes d’opérette des vrais» [3].

[la voie septuple] Pour produire ces « vrais » satanistes, l’ONA propose un système d’entraînement magique et pratique en sept étapes, dénommé Voie Septuple [Seven Fold Way] et censé transformer l’adepte suivant un principe d’alchimie interne. Ces étapes sont : l’Initiation, le Second Degré de l’Initiation, l’Adeptat externe, l’Adeptat interne, le grade de Maître / Maîtresse (ou Grand Prêtre / Prêtresse), le grade de Magnus et celui d’Immortel.

Chaque grade est associé à une sphère de l’Arbre de Wyrd et comprend un certain nombre de tâches à accomplir. Cet arbre est une modélisation composée de sphères et de sentiers reliant ces sphères, le tout assorti d’associations symboliques (alchimie, astrologie, tarot, etc.).

On peut ainsi lire dans Naos : « Chaque étape est associée à une sphère du Septénaire Arbre de Wyrd et à certains symboles. Par exemple, la première étape est liée à la sphère de la Lune et associée au Quartz, au processus alchimique de calcination, au terme Nox et aux trois cartes du Tarot (18 — la Lune, 15 — Lucifer, et 13 — la Mort) » [4]. Quant aux tâches de grade, elles impliquent des épreuves souvent difficiles, parfois dangereuses. Ainsi, le grade d’Adepte Interne requiert la maîtrise du Jeu Stellaire, puis la réussite du Rituel de Grade d’Adepte interne qui consiste à vivre dans la nature, pour une durée de trois mois, sans contact humain ni moyen de communication. D’autres épreuves sont clairement physiques comme parcourir 300 km à vélo ou courir 50 km. D’une façon générale, l’accent est porté sur le dépassement de soi, l’élitisme et le pathei mathos, un terme grec pouvant être interprété comme « l’apprentissage par l’adversité et la souffrance ».

[les insight roles] Un autre exemple de tâche, devant cette fois être accomplie par les adeptes dès le grade d’Initié, consiste à assumer un Insight Role, une expression pouvant être rendue approximativement par « rôle-perspective » ou « rôle intelligent ». Cette tâche implique que l’individu s’investisse totalement, pour une durée déterminée, dans un « rôle » spécifique à l’opposé de sa personnalité — ce qui suppose modifier radicalement son style de vie, mentir à ses proches et souvent prendre des risques, les adeptes étant incités à s’impliquer dans des rôles liés à l’activisme extrême ou à la criminalité :

« Les insight roles sont un élément indispensable de la Voie Septuple […]. Cet insight role, qui doit durer au minimum une année (c’est-à-dire une saison alchimique particulière), doit être choisi de telle sorte que la tâche entreprise se situe radicalement à l’opposé de la personnalité de l’Initié […]. Par exemple, un individu en conflit avec l’autorité pourra choisir un insight role impliquant de servir les forces de police ou de l’armée, tout comme quelqu’un appréciant les plaisirs de la chair ou la violence pourra choisir de devenir bouddhiste, ou un autre genre de moine […]. Un autre insight role, pouvant convenir à une personne se désintéressant de la politique ou n’ayant aucun penchant pour la violence, pourra consister à s’impliquer dans un mouvement politique radical […]. Un impératif très important concernant les insight roles est que l’Initié ne doit révéler à quiconque, même à ses proches amis ou à sa famille, les raisons de ces changements dans sa vie […]. Parmi les meilleurs insight roles se trouvent ceux qui favorisent la dialectique sénestre : c’est-à-dire que les tâches réalisées accomplissent des objectifs sénestres, tout en développant l’expérience de l’Initié. Ces rôles portent sur l’investissement dans des groupes politiques (ou religieux) accomplissant des actes conduisant à l’effondrement de la société — par exemple les crimes (la vente de drogue), l’assassinat de victimes appropriées, et ainsi de suite » [5].

[univers acausal et dieux sombres] Pour comprendre la dialectique sénestre, évoquée ici, et son corollaire, la Magie Éonique, il est nécessaire de faire un détour par la vision de la réalité épousée par l’ONA et sa définition de la magie. Celles-ci supposent l’existence d’un univers parallèle au nôtre et n’obéissant pas aux mêmes lois. L’énergie provenant de cet univers ou continuum, dit « acausal », permettrait la réalisation d’actes magiques et, plus largement, serait ce qui anime toute vie dans notre monde :

« Cet univers acausal constitue une partie du cosmos, qui lui-même englobe la totalité du causal et de l’acausal. “Causal” désigne l’univers décrit ou représenté par l’espace et le temps causal. L’univers causal est notre univers physique, phénoménal et actuellement décrit par des sciences telles que la physique et l’astronomie. L’univers acausal est non euclidien et se situe “au-delà du temps causal”. Autrement dit, il est impossible de le représenter à l’aide de notre géométrie causale limitée (de trois dimensions à angles droits) et par le flux, les variations du temps causal (passé, présent, futur) ou par des mesures de temps ordinaires. De plus — et tout comme l’énergie causale existe dans l’univers causal (l’énergie telle qu’on la conçoit en physique) —, l’énergie acausale existe dans l’univers acausal. Elle est d’une nature qui ne peut être décrite par des sciences comme la physique (basée sur une géométrie et un temps causaux) »[6].

Ce continuum acausal est peuplé d’entités, dont certaines peuvent se manifester dans notre univers causal, notamment celles connues sous l’appellation « Dieux Sombres » :

« Selon la tradition Sénestre de l’ONA, les Dieux Sombres [Dark Gods ou Dark Ones] sont des entités particulières — des êtres vivants d’une espèce acausale spécifique — qui existent dans les domaines de l’acausal, certaines de ces entités s’étant manifestées sur la Terre, via diverses nexions, dans notre lointain passé. Ces êtres sont métamorphes [shapeshifters] et peuvent se montrer sous l’aspect de diverses formes de vie, dans l’univers causal, y compris sous une forme humaine […]. La tradition orale de l’ONA affirme que Baphomet (l’entité féminine telle que décrite par l’ONA) et Satan sont des souvenirs et des manifestations de deux êtres particuliers de l’univers acausal, deux Dieux Sombres. De par la nature de l’acausal, ces entités sont perçues — depuis notre propre perspective causale limitée et mortelle — comme “informes”, sans âge et éternels, même si lorsqu’ils s’aventurent dans les dimensions causales, les formes qu’ils adoptent, sont sujettes à des influences causales. En découle, par exemple, la nécessité pour eux de retourner dans l’univers acausal ou de trouver régulièrement une source d’énergie acausale (dans l’univers causal) » [7].

La circulation entre les univers causal et acausal se fait au moyen de portails appelés « nexions » — un terme qui, dans le vocabulaire de l’ONA, a deux significations distinctes : premièrement, il désigne un Temple ou groupe d’adeptes suivant la voie et les enseignements de l’Ordre des Neuf Angles. Deuxièmement, il renvoie à un portail entre le causal et l’acausal par lequel peuvent circuler des flux d’énergie et/ou des entités.

Dans la tradition de l’ONA, la « magie » correspond à la manipulation de l’énergie acausale, impliquant ou non une interaction avec des entités habitant le continuum acausal. L’ordre distingue plusieurs types de magie dont : la magie interne (visant à la transformation et l’évolution internes de l’adepte, notamment le développement de compétences ésotériques) ; la magie externe (utilisée pour satisfaire les désirs d’un individu dans l’univers causal) ; la magie cérémonielle ; enfin, la Magie Éonique, c’est-à-dire la possibilité d’influencer les « éons » eux-mêmes. Car l’ONA ne prétend pas seulement transformer les individus pour en faire des « surhommes », mais également accélérer l’évolution de la civilisation, en permettant par exemple aux Dieux Sombres de venir (ou revenir) dans notre réalité, leur libération sur le monde étant censé entraîner le chaos, une évolution brutale et de là, le début d’un nouvel éon :

[la magie éonique] « L’éonique est une forme de magie propre à l’ONA dédiée à l’histoire et à la politique. Les idées de Myatt sur ce sujet sont inspirées de la lecture d’Étude de l’histoire de l’historien Arnold Toynbee, où il affirme que chaque civilisation passe par un cycle organique de croissance, de défi, de maturité et de déclin. Adaptant ce schéma à sa vision magique du monde, Myatt fait d’un “éon” la manifestation temporelle de l’énergie acausale exprimée dans les archétypes particuliers et les cultes religieux de chaque civilisation […]. L’État universel — ou Imperium — de l’Occident, que Myatt associe au retour du nazisme, doit commencer entre 1990 et 2011 et durer jusqu’en 2390 apr. J.-C.

Cet avenir impérial est compromis par l’intrusion d’une énergie magique étrangère et hostile aux archétypes de l’éon de l’Occident. Myatt emprunte les notions d’“âme des mages” d’Oswald Spengler et de “distorsion culturelle” juive de Francis Parker Yockey. L’interférence des “mages” dans une culture faustienne a abouti à une inversion des attitudes héroïques, confiantes et vigoureuses, jusqu’à l’adoption de sentiments et d’idées basés sur l’anxiété, la culpabilité et la déférence envers les inférieurs. Myatt affirme que l’éthos “nazaréen / mage” a produit la foi et le dogme chrétiens, les abstractions morales et politiques plutôt que l’engagement dans l’action et l’expérience réelle du monde. Cet esprit soi-disant négatif aurait influencé de façon morbide la civilisation occidentale […] s’opposant à l’accomplissement de la destinée de l’Occident en tant qu’Imperium. […] Le communisme marxiste et la psychologie freudienne, la montée des sciences sociales, l’abstraction et la laideur de l’art moderne, la musique atonale et la contre-culture des années 1960, ont deux facteurs communs : tous, directement ou indirectement, contredisent l’éthos faustien et assertif de l’Occident […]. Le retour aux anciennes et véritables valeurs de l’Occident verra l’arrivée d’un Vindex, une figure de César vengeur, lequel établira l’Imperium. Au-delà de cette ère existe un nouvel éon galactique, une époque d’aventure prométhéenne impliquant voyages spatiaux et colonisation interstellaire » [8].

[le jeu stellaire] Car, non contents de vouloir devenir des surhommes, les adeptes de l’ONA regardent vers les étoiles, dont certains agencements sont eux-mêmes des points d’entrée vers la dimension acausale. L’une des premières contributions intellectuelles de David Myatt au groupe semble avoir été l’invention du Jeu Stellaire, mis au point au cours de deux séjours carcéraux et décrit pour la première fois dans l’ouvrage Naos : Un guide pratique de la Magie Moderne. Dénommé en anglais Stargame, ce jeu en trois dimensions se présente comme un empilement de planches présentant chacune un damier et portant le nom d’une étoile. Sur ces planches, placées les unes au-dessus des autres en spirale, les joueurs vont déplacer des pièces marquées de symboles alchimiques, renvoyant notamment aux différents types de personnalité décrits par Jung. L’une des caractéristiques du Jeu Stellaire est qu’à chaque mouvement, les pièces changent de nature. Par exemple, une pièce de nature « Mercure/ Soufre » deviendra une pièce « Soufre/Sel » après un déplacement.

Dans le corpus initiatique de l’ONA, la fabrication et la maîtrise de ce jeu complexe font partie des tâches requises pour certains passages de grades et assurent plusieurs fonctions, notamment celle de permettre la mise en symboles de la personnalité d’un individu, mais également la modélisation de l’essence d’une civilisation et leur transformation au moyen de la magie.

[L’éthos] Outre les épreuves initiatiques, la Voie Septuple implique un certain code de conduite, précisément un « éthos », une manière d’être, mêlant excellence physique et intellectuelle, exaltation de la personnalité, élitisme, honneur clanique, acceptation du pathei-mathos, etc. :

« Notre Wyrd, c’est-à-dire notre nature véritable en tant qu’êtres humains capables de participer consciemment à notre propre évolution et à celle du cosmos, est principalement manifestée, de manière concrète, par nos tribus guerrières sénestres […]. Pour accomplir cela, il est nécessaire de vivre une relation symbiotique avec les autres membres de notre espèce, de créer un équilibre entre notre individualité unique et l’indispensable coopération, naturelle et numineuse (honorable) avec les autres, dans le cadre de notre propre famille tribale, en permettant à chaque Wyrd individuel de se concrétiser et de progresser » [9].

Une valse fébrile entre individualisme et mentalité clanique qui n’est pas le moindre des paradoxes de l’ONA et pourrait bien marquer l’entrée de l’une des nombreuses fosses aux crocodiles du labyrinthe.

***

Melmothia, 2016-2017.

*

Notes : 

[1] « Quelques mots sur le vocabulaire de l’ONA », Glossaire de L’Ordre des Neuf Angles, sur le site Rat Holes. Nous avons effectué de nombreuses coupes dans ce passage, non indiquées pour ne pas alourdir la lecture. Nous invitons le lecteur à lire l’intégralité de cette préface en ligne.

[2] Le terme latin sinister signifie « qui est à gauche, qui est du côté gauche » avec la coloration « défavorable, funeste, fatal ». En français, il a évolué en « sénestre » et « sinistre », tandis que l’anglais continue d’employer sinister avec les deux acceptions. Nous avons choisi de traduire par « sénestre », en référence à la Voie de la Main Gauche, mais d’autres traducteurs préfèrent le plus connoté « sinistre ».

[3] Hysteron Proteron – Les enseignements internes de l’ONA, 1992.

[4] NAOS : Un guide pratique de la Magie Moderne, Thorold West (David Myatt), 1990.

[5] « An Introduction to Insight Roles », Order of Nine Angles, 119 Year of Fayen.

[6] Glossaire de l’ONA. Sur le site Rat Holes.

[7] « The Mythos of the Dark Gods: Beings of Acausal Darkness », Anton Long, ONA, Year of Fayen 119.

[8] Soleil Noir : Cultes aryens, nazisme ésotérique et politiques de l’identité, Nicholas Goodrick-Clarke, Camion Noir, 2007.

[9] « Les Tribus Sénestres et la Tyrannie de l’État – Une Brève Diatribe ». Sur le site Rat Holes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.