Le Tarot Sénestre [3]

Lire la première partie de cet article

*

 

 

XII – L’Opfer – Vindex

Deux chevaux

Se battent à l’intérieur d’un cercle d’arbres

(Le Soleil de Nuit)

Deux anges

Riant dans la salle du sacrifice

Deux

Dans un nuage d’or

Au-delà de la Porte.

L’entrée/le passage des Terres des Sombres Immortels. L’individu devenant ce qu’il/elle a créé – un transfert de conscience dans l’acausal pour être en essence une partie d’un plus grand Wyrd. La réverbération à travers les Aeons des actes causals d’un individu, laissant progressivement l’essence derrière les apparences hanter la psyché des autres. L’altération de l’enveloppe astrale; ce qui ultimement ne peut et n’a pas besoin d’être décrit. La suppression délibérée de ce qui est préjudiciable au Wyrd.

[ XII – Le Pendu: Un jeune homme la tête en bas, pendu par un pied à la branche d’un chêne. Ses vêtements sont verts; et d’une bourse en cuir qui est attachée à sa ceinture des petites sphères tombent sur le sol. L’un de ses yeux est fermé et il en coule quelques gouttes de sang. Un serpent se trouve près du pied de l’arbre et un corbeau vole à proximité. La terre autour est plate et stérile – de couleur orange-brun. (Naos) ]

*

XIII – La Mort – Nythra

Un canal délimité

Par des Griffons blancs.

Un vortex d’espace gris sans étoiles.

La calice déverse son

Sang blanc

Et la lumière du Bouvier brille

Dans la Chambre du Sphinx.

Ce qui découle de l’hubris; les conséquences des tentatives d’échapper au sort funeste de la Destinée. Destruction personnelle par aveuglement et arrêt de l’évolution personnelle. Vortex d’énergie dans l’Abîme. Le dépouillement de l’image de soi, qui, si réalisé avec succès, produira un(une) authentique Maître/Maîtresse; affronter le Chaos interne et externe.

[ XIII – La Mort: Un tas de crânes humains formant une pyramide au bord d’une falaise. En bas se trouve une vallée avec une rivière et, au-delà, une forêt en feu dont la fumée assombrit le ciel. Le ciel près de la falaise est bleu vif. Près des crânes, un drapeau noir déchiré, portant un pentagramme inversé, flotte au vent. A côté de la bannière, une grande et belle femme aux longs cheveux blonds se tient les bras croisés et regarde en direction de la forêt en flammes. Elle porte une armure grecque légère et un arc en bandoulière dans le dos, tandis qu’un carquois de flèches est attaché à sa ceinture. A ses côtés, un nain vêtu de couleurs vives se tient accroupi. Un rictus aux lèvres il essuie sur ses manches son couteau maculé de sang. (Naos) ]

*

XIV – Hel – Aosoth

La Terre Qui Saigne

Des gorges des fous,

Dans les ruisseaux

Venant du Portail

Un oiseau rouge

Ceci, le maïs nécessite

Le confinement de L’Hiver;

La Jeune Fille est prête.

La maîtrise de soi; la connaissance qui permet de consciemment s’améliorer/évoluer et utiliser les capacités naturelles (ou ‘dons’) – tel le charisme sexuel – à l’avantage de la Destinée personnelle et du Wyrd, et d’affronter et remédier aux traits de caractère qui sont nuisibles. Honnêteté envers soi-même. A des étapes précoces du développement, un tel individu provoque des bouleversements imprévisibles et du ressentiment chez les autres. Les commencements de ce qui est re-présenté par l’atout III.

[ XIV – Hel: Une femme au visage sévère, belle bien que l‘un de ses yeux soit flétri, se trouve à côté d’un lac sombre clos par des arbres. Elle porte une robe blanche presque transparente qui met en valeur la beauté de son corps. Elle lance de petites sphères de cristal multicolores dans le lac, à l’extrémité duquel se trouve la tête d’un homme, affleurant à peine à la surface. Une expression d’horreur est gravée sur le visage. Dans le ciel il y a un arc en ciel et un rapace qui plane. (Naos) ]

*

XV – Deofel – Noctulius

La Lune s’enroule

Autour du Dieu Sauvage;

Empalé sur un trône

Alors que la roue des crânes tourne.

La Dame parée de bijoux

La vieille femme…

L’hiver dans le plus sauvage des bois…

L’éveil Sénestre – La Nature telle qu’elle est, brute et inaltérée. La prise de conscience primale de la vibrance de la vie que possède et crée ‘L’Accusateur ‘, qui provoque des actes qui défient l’existence du ‘sacré’. La signification réelle de la libération détachée des idées abstraites transitoires; le rire du féroce dieu sauvage. La terreur pour le non-initié.

[ XV – Lucifer: Un bel homme nu est debout sur une estrade sous laquelle se tiennent un jeune homme et une jeune femme s’embrassant. Ils sont tous deux nus. Le bel homme tient une chaine brisée dans une main et des flammes dans l’autre. A côté de lui se trouve un loup qui gronde et, de l’autre côté, un homme âgé barbu tenant une corne d’animal. Un pentagramme inversé est gravé sur l’estrade, tandis qu’à côté se trouve un crâne humain brisé d’où sort une belle fleur en train de pousser. Au-dessus de la fleur se trouve un papillon. (Naos) ]

*

XVI – La Guerre – Abatu

Dans un donjon, un lit de feu

D’une sphère éclatée

Des papillons rouges

Avec un regard

La guerre est déclenchée

Un masque asexué

Dans les grottes de la mer.

Conflit; l’affrontement de la vision et des destinées. La tentative par certains d’arracher quelqu’un à sa destinée personnelle et ainsi de perturber le Wyrd supérieur. Un obscurcissement de la vision qui crée des doutes, le manque de direction, la vulnérabilité aux forces extérieures et possiblement, si la lucidité est perdue, le renoncement à une quête. Les épreuves imposées par les conséquences des actes, mais par la souffrance que cet effort demande, la Sagesse – et la Destinée – peuvent être atteintes. La conscience des facteurs – telles les autres personnes – qui peuvent satisfaire la Destinée, et les dures réalités concrètes de la lutte pour créer cet accomplissement. Tristesse, sagesse et créativité par la perte.

[ XVI – La Tour: Un château se dresse au milieu des rochers. L’une des plus hautes tours est frappée par la foudre et d’elle en tombe un homme. La foudre a brisé quelques pierres de la tour qui tombent vers le sol. Le ciel est sombre. Une jeune femme, vêtue de blanc, se tient près de la porte du château, regardant en direction de la tour et souriant. (Naos) ]

*

 

 

XVII – L’Etoile – Nemicu

La statue bleue

Ses yeux rouges sondent le labyrinthe

Celui qui apporte la sagesse

L’enfant parfait

Et le tétraèdre

Baignant les cheveux dans la Sombre Mare

Le Successeur…

L’arrivée à maturité et la réalisation de la promesse re-présentée par les atouts VI et VIII. La Connaissance de l’identité, du Wyrd et de ce qui doit être fait. Un avènement; la graine du Changement éclot. Domination: la mise en place réussie d’une structure causale; un processus, dont les effets sont irréversibles une fois que la cause est triomphante à quelque niveau que se soit. Les commencements d’un Imperium.

[ XVII – L’Etoile: Une belle femme nue aux longs cheveux flottant au vent est accroupie près d’un ruisseau, dans lequel elle verse le liquide contenu dans un calice qu’elle tient à la main. Le ruisseau se trouve dans une vallée, entourée de montagnes. En aval, le paysage est fertile, avec des arbres, des fleurs et des buissons. En amont, tout est rocailleux et aride. Le ciel est bleu vif avec une configuration de sept étoiles qui forment un heptagone inversé. (Naos) ]

Traduction © Innominanda, 2017.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.